Ma chronique : Un autre nom pour l’amour

Auteur : Colleen McCullough

Édition : Belfond

51mfapa2uRL._SX195_

Pages : 389

Date de sortie : 1981

Résumé :

La Seconde Guerre mondiale vient à peine de s’achever, et Honora, une infirmière de l’armée prévenante et rigoureuse, est en charge d’un service de soins psychiatriques dans un hôpital situé sur une île du Pacifique. Cinq anciens soldats tentent d’y retrouver goût à la vie après avoir connu les horreurs de la guerre…
Pour ces soldats, dévoués à elle comme elle l’est à eux, Honora est un don précieux, et représente le souvenir chéri de ce qu’était le monde avant la guerre.
Mais l’arrivée du sergent Michael Wilson va tout bousculer. Revenu en héros, décoré mais blessé, Wilson est un homme mystérieux qui tait sa douleur.
Pourtant, Honora se sent irrémédiablement attirée par cet esprit torturé, et pourrait même succomber à lui, quitte à sombrer dans les passions les plus extrêmes…

Mon avis :
J’ai beaucoup apprécié ce roman! Il traite d’un sujet sérieux, la guerre, la psychiatrie… L e style de l’auteur est fluide et vraiment agréable à lire. J’ai commencé cette lecture sans vraiment savoir de quoi il parlait, je n’ai pas lu le résumé. Je me suis plongé dedans tête baissé, sans rien qui ne pouvait me décevoir, sans attente.  J’ai donc été agréablement surprise par cette lecture.

Nous avons rencontré Honora Langtry, une jeune femme totalement dévoué à ses malades. Elle est jeunes, ce qui est plutôt rare pour les infirmières qui était dans les camps. Cela a d’ailleurs surpris Michael le nouveau résident du pavillon X. Honora est une femme forte, avec un caractère bien marqué et qui n’a pas pour habitude de montrer ces émotions. Lorsque Michael arrive, tout bascule. En effet, contrairement au autres résident du pavillon il n’a pas l’air d’être malade, ni au niveau physique, ni au niveau psychologique. Sans s’en rendre compte l’attitude de Honora va changer de jour en jour au contact de Michael.

En dehors de Honora, Michael et Neil, nous n’avons pas l’opportunité de bien connaitre les autres pensionnaires du pavillon, on ne peut donc pas réellement s’attacher à eux de la même manières que l’on s’attache à Michael ou Honora.

Michael a vraiment un grand cœur, c’est d’ailleurs ce qui le guide. On le voie lorsqu’il arrive au pavillon et que quelques jours après il s’occupe de Benedict et réussi là où Honora a échoué.

Neil est difficile à cerner, au début je ne l’ai pas apprécié, et j’ai eu du mal à avoir un peu d’affection pour lui jusqu’à la fin. Une fin qui est triste mais on comprend le choix de l’auteur.

En bref, un livre très agréable à lire, très bien écrit, je vous le conseil vivement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s